Mot du président - printemps 2019 Accréditation des programmes d’études en SST

Le printemps est arrivé, du moins je l’espère, et les membres du CA ainsi que de nombreux autres bénévoles PSAC sont à pied d’œuvre pour atteindre nos objectifs fixés en 2019. Bien que tous ces objectifs soient importants, je souhaite faire le point sur l’un d’entre eux.

Vous vous souviendrez sans doute qu’au début de 2018, le CCPSA et la SCSST se sont officiellement engagés à adopter une démarche de collaboration concernant des domaines d’intérêt commun, notamment l’établissement d’un processus d’accréditation des programmes d’études collégiales et universitaires en SST au Canada.

Le fait d’avoir un solide processus d’accréditation des programmes d’études constitue une étape clé dans l’évolution des pratiques en matière de santé et de sécurité. Dans une certaine mesure, cela marque le passage de la santé et de la sécurité à davantage une science, qui repose obligatoirement sur des principes solides, des processus structurés et des connaissances formelles, qu’un art (c.-à-d. quelque chose qui est instinctif, qui est appris sur le tas ou qui relève du bon sens). L’accréditation des programmes d’études est également une caractéristique déterminante du professionnalisme et un élément clé de toute structure de réglementation professionnelle. Au cours de la dernière année, les membres certifiés ont souvent été invités à se familiariser avec le Cadre des compétences à l’intention des praticiens en SST de l’INSHPO (OHS Professional Capability Framework). Comme ce document l’indique, la pratique professionnelle en SST repose sur des programmes d’études collégiales et universitaires élaborés conformément aux profils de compétences et de capacités, et est maintenue par un processus d’accréditation officiel. Le Canada accuse un retard par rapport à plupart de nos pairs en ce qui concerne cet aspect.

Un groupe de travail sur l’accréditation, composé de membres du CCPSA et de la SCSST, travaille sur ce dossier depuis plusieurs mois afin d’étudier et d’analyser les structures et les processus utilisés ailleurs et par diverses professions au Canada. Ce groupe a également contacté des experts en la matière en Australie et aux États-Unis afin de mieux comprendre ce qui pourrait bien fonctionner dans le contexte canadien et, surtout, connaître les aspects qui pourraient être problématiques. Par exemple, l’absence de toute tradition d’accréditation de programmes d’études collégiales au Canada et la pratique courante d’intégrer les programmes en SST dans le secteur de la « formation continue » plutôt que dans les facultés d’éducation traditionnelles présentent des défis. Néanmoins, le groupe de travail achève l’élaboration d’un modèle conceptuel pour le Canada. Notre but est de présenter le modèle proposé lors du Symposium national sur l’éducation (SNÉ), organisé tous les deux ans par le CCPAS et qui se tiendra à Ottawa en mai prochain. Le SNÉ rassemble des représentants des établissements d’enseignement postsecondaires offrant des programmes menant à un certificat, un diplôme ou un grade en SST, et sert de forum de discussion entre les établissements et les autres intervenants. 

Même si nous nous attendons à ce que des modifications et des ajouts soient nécessaires, l’établissement et la mise en application du processus d’accréditation d’ici 2020 font partie des objectifs stratégiques et des éléments fondamentaux du cadre national CCPSA-SCSST.